Traitement des eaux usées

Le débit d'eaux usées est acheminé vers trois bassins de décantation circulaires (bassins primaires)

Poste de pompage principal

Le poste de pompage principal, situé sur les lieux de l’installation de Outhouse Point (la propriété avait été initialement accordée à un certain Robert Outhouse), est le coeur du réseau collecteur, là où toutes les canalisations se rejoignent, pompant continuellement en direction de l’installation de traitement des eaux usées (ITEU). La structure cylindrique descend à 30 m sous le niveau du sol et culmine à 9 m au-dessus du niveau du sol. C’est comme si on avait enterré un bâtiment de 10 étages.

Installation de traitement des eaux usées (ITEU)

Le bâtiment de prétraitement abrite l’équipement de dégrillage, les chambres de dessablage, l’équipement de dessablage, les stocks d’agents chimiques et l’équipement d’alimentation. Trois bassins de décantation de 39 m de diamètre sont utilisés pour le traitement primaire induit. Le bâtiment d’assèchement abrite des centrifugeuses d’assèchement, des transporteurs à vis, des silos de chaux et de l’équipement polymère, le tout servant à transformer les sous-produits (boues) extraits des eaux usées en une matière première importante pour l’installation de compostage, c’est-à-dire des biosolide

L’ITEU actuelle, qui a été mise en service en 1994, possède une capacité de 115 000 m³ par jour, ce qui correspond à 25 millions de gallons par jour. Elle a été conçue pour permettre l’exécution d’un traitement biologique dans l’avenir.

Traitement des eaux usées

En 2019, l’ITEU a traité plus de 23,8 millions de m3 d’eaux usées, ce qui correspond à une moyenne de 65 257 m3 par jour. Avec un tel débit, une piscine hors terre de 8 m de diamètre serait remplie en 90 secondes. 

Le procédé de traitement primaire amélioré actuel est conçu pour éliminer les matières solides en suspension. En 2019, le taux d’élimination était de 70,4 %. La demande biochimique en oxygène (DBO) permet de mesurer la matière organique biodégradable que le procédé actuel permet d’éliminer en partie (environ 40 à 45 %). Les travaux de modernisation du procédé de traitement biologique qui sont prévus permettraient d’accroître le taux d’élimination à plus de 95 %.

Environ 11,635 millions de litres de boues et d’eaux grises recueillies dans les collectivités rurales de la région du Grand Moncton (dans un rayon de 50 km) ont aussi été traités à l’ITEU. Des solides inorganiques comme des particules de sable et de gravier et des matières dégrillées sont retirés lors du traitement préliminaire par l’entremise du dégrillage et du dessablage. Ces solides sont ensuite transportés jusqu’à l’installation de gestion des déchets solides de Westmorland-Albert (ECO360 Sud-Est) pour être éliminés.

Les données opérationnelles historiques sur cinq ans peuvent être consultées dans le tableau ci-dessous.

 

2015

2016

2017

2018

2019

Annual volume                m3

25,341,627

22,869,117

22,814,067

25,646,213

26,055,499

Daily average                  m3/day

69,384

62,554

62,531

70,352

71,047

Anionic polymer             tonnes

0.7

0.7

0.7

0.6

0.7

Cationic polymer            tonnes

10.9

13.4

13.5

13.5

12.3

Ferric sulfate                   tonnes

398.5

452.7

427.5

406.6

447.7

Lime                                tonnes

118.9

113.3

108.67

187.2

161.2

Power consumption         MW

5,137

5,063

5,139

6,105

6,332

Diesel Generators            hours

187

177

225

145

 

Biosolids (Wet)               tonnes

11,449

11,311

11,128

11,183

11,188

Biosolids (Dry)                tonnes

3,229

3,169

3,082

3,154

3,105

Solids                               %

28.2

28.0

27.7

28.2

27.8

Precipitation                    mm

1352

995

1052

1360

1,334

Cost / m3                          $

$0.20

$0.21

$0.19

$0.19

 

 

Procédé de traitement des eaux usées

La CEUGM exploite une usine de traitement primaire par procédé chimique qui se situe au 355 chemin Hillsborough, à Riverview. Les eaux usées de Moncton, Dieppe et Riverview arrivent dans les réservoirs des puits de pompage de la station de pompage, à partir de laquelle elles sont pompées pour subir un prétraitement (dégrillage et dessablage) puis un traitement primaire (décantation).

Pompage

La station de pompage de la CEUGM permet d'acheminer les eaux usées à partir des tunnels souterrains et des égouts vers le bâtiment dédié au prétraitement. Cette station est de forme cylindrique et comporte un puisard et un puits de pompage. Le puisard est muni de moteurs, de pompes, de commandes électriques, etc. Le puits de pompage est subdivisé en deux compartiments de 1 800 m3 et de 27 m de profondeur; ces deux puits de pompage sont reliés l'un à l'autre par des vannes. Le pompage est effectué par quatre pompes centrifuges d'une capacité de 1 020 L/s.

Traitement préliminaire

Les eaux usées qui sont pompées à partir de la station de pompage pénètrent dans la chambre d'entrée située avant les canaux munis de grilles à barreaux afin de commencer le prétraitement. Les eaux usées s'écoulent alors par gravité pour être soumises aux procédés suivants. Le prétraitement comporte les étapes suivantes :

1. Dégrillage : Deux grilles fines nettoyées mécaniquement avec un espacement de 6 mm) et un grille à barreaux d'urgence (11 mm entre chaque barreau) permettent de retirer les gros débris comme les roches, les morceaux de bois, les chiffons, les produits de papier et les matières plastiques. Ces débris sont alors déversés sur des convoyeurs pour être déposés dans des poubelles. Ils sont ensuite transportés vers un site d'enfouissement sanitaire. Le procédé de dégrillage permet de se débarrasser des gros débris qui pourraient nuire au fonctionnement des pompes, vannes, diffuseurs, etc.

2. Dessablage : Les quatre dessableurs aérés situés après les grilles fines permettent d'éliminer le sable, le gravier, les cendres et les autres matériaux non putrescibles, c'est-à-dire des matières inertes possédant une vitesse de décantation supérieure à la plupart des matières organiques. 

Dans les chambres, de l'air est injecté perpendiculairement à l'écoulement des eaux usées, créant un mouvement en spirale permettant d'évacuer les sables,  lesquels sont retirés des chambres et pompés vers les séparateurs hydrocyclones.  Les forces centrifuges accentuent ce procédé, puis le filet liquide est renvoyé vers le procédé de traitement. Les sables sont ensuite acheminés vers un classificateur pour être rincés avant d'être éliminés.

Traitement primaire

Le procédé de traitement primaire permet d'éliminer les matières organiques en suspension, la demande biochimique en oxygène (DBO), les débris qui flottent ainsi que les graisses grâce à des procédés physiques et chimiques. Quatre nouveaux clarificateurs primaires ont été mis en service en 2019. Une fois le procédé biologique complet mis en service, les nouveaux clarificateurs primaires assureront la décantation en aval du bioréacteur ainsi que le traitement amélioré chimiquement pendant les périodes de débit très éléve. Le volume combiné des quatre clarificateurs primaires est de 13 millions de litres, ce qui équivaut à cinq piscines olympiques. Les clarificateurs primaires peuvent accueillir des débits allant de 90 à 143 millions de litres par jour, voire davantage avec l'utilisation de coagulants chimiques.

Coagulation

Un produit chimique coagulant est ajouté aux eaux usées pour améliorer l'élimination des matières solides. Ce coagulant chimique permet de déstabiliser les particules chargées négativement afin de réduire les forces qui les maintiennent séparées, provoquant ainsi leur agglomération en flocons décantables.

Floculation

Le produit chimique utilisé pour faciliter le processus de floculation (formation de flocons) est appelé floculant. Outre les coagulants chimiques, un polymère anionique organique synthétique est utilisé pour provoquer l'agglomération des particules plus petites, augmentant ainsi leur taille pour améliorer le procédé de clarification.

Décantation

Le débit d'eaux usées est acheminé vers trois bassins de décantation circulaires (bassins primaires). Les eaux usées sont dirigées vers la colonne centrale de chaque bassin grâce à des tuyaux souterrains. Des orifices de sortie situés dans la partie supérieure de chaque colonne permettent de diffuser le liquide qui entre dans le clarificateur.

Un pont racleur muni de lames racle continuellement les boues situées au fond du bassin pour les pousser vers un puits au centre du bassin puis un concentrateur de boues. 

Les effluents sont ensuite évacués dans la rivière Petitcodiac. Les boues sont pompées vers le bâtiment de traitement des matières solides à l'aide de pompes à cavité progressive. 

Écumage

Les matières flottantes qui se trouvent à la surface des clarificateurs sont dirigées vers un pare-écume à l'aide de bras de guidage. Les graisses et les matières flottantes sont recueillies dans une cuve puis s'écoulent par gravité dans une fosse.  L'écume est pompée à partir de la fosse vers un orifice de sortie situé à la base de la colonne centrale au moyen de pompes centrifuges qui se situent dans les galeries principales.

 

 

© CEUGM, 2014. Tous droits réservés.